Citations de François René de Chateaubriand

“ Les institutions passent par trois périodes : celle des services, celle des privilèges, celle des abus. ”
“ Nous ne sentons le prix de nos amis qu'au moment où nous sommes menacés de les perdre. Nous sommes même assez insensés quand tout va bien pour croire que nous pouvons impunément nous éloigner d'eux. ”
“ Le péril s'évanouit quand on ose le regarder. ”
“ On compte ses aïeux quand on ne compte plus. ”
“ Les biens de la terre ne font que creuser l'âme et en augmentent le vide. ”
“ La menace du plus fort me fait toujours passer du côté du plus faible. ”
“ En général, on parvient aux affaires par ce qu'on a de médiocre, et l'on y reste par ce que l'on a de supérieur. ”
“ Le ciel fait rarement naître ensemble l'homme qui veut et l'homme qui peut. ”
“ Tout arrive par les idées, elles produisent les faits, qui ne leur servent que d'enveloppe. ”
“ Ce que nous gagnons en connaissances, nous le perdons en sentiments. ”
“ La femme a naturellement l'instinct de mystère. ”
“ Tant que le coeur conserve des souvenirs, l'esprit garde des illusions. ”
“ La sculpture donne de l'âme au marbre. ”
“ C'est par la mort que la morale est entrée dans la vie. ”
“ Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent. ”
“ J'ai pleuré et j'ai cru. ”
“ Mes livres ne sont pas des livres, mais des feuilles détachées et tombées presque au hasard sur la route de ma vie. ”
“ L'écrivain original n'est pas celui qui n'imite personne, mais celui que personne ne peut imiter. ”
“ Les reines ont été vues pleurant comme de simples femmes. ”
“ Le coeur grossier de la prospérité ne peut comprendre les sentiments délicats de l'infortune. ”
“ La mémoire est souvent la qualité de la sottise : elle appartient généralement aux esprits lourds, qu'elle rend plus pesants par le bagage dont elle les surcharge. ”
“ Tout nous ramène à quelque idée de la mort, parce que cette idée est au fond de la vie. ”
“ On place souvent dans les tableaux quelque personnage difforme pour faire ressortir la beauté des autres. ”
“ Il ne faut pas être plus royaliste que le roi. ”
“ Mon berceau a de ma tombe, ma tombe a de mon berceau. ”
“ L'homme n'a pas une seule et même vie ; il en a plusieurs mises bout à bout, et c'est sa misère. ”
“ Les moments de crise produisent un redoublement de vie chez les hommes. ”
“ Hors en religion, je n'ai aucune croyance. ”
“ Presque toujours, en politique, le résultat est contraire à la prévision. ”
“ La vie, sans les maux qui la rendent grave, est un hochet d'enfant. ”
“ Il est moins facile de régler le coeur que de le troubler. ”
“ L'aiguille ne revient point à l'heure qu'on voudrait ramener. ”
“ Chaque homme renferme en soi un monde à part, étranger aux lois et aux destinées générales des siècles. ”
“ Si l'homme est ingrat, l'humanité est reconnaissante. ”
“ Ne disputons à personne ses souffrances ; il en est des douleurs comme des patries, chacun a la sienne. ”
“ L'âme supérieure n'est pas celle qui pardonne, c'est celle qui n'a pas besoin de pardon. ”
“ Plus le visage est sérieux, plus le sourire est beau. ”
“ Le sommeil dévore l'existence, c'est ce qu'il y a de bon. ”
“ Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts ; les morts, au contraire, instruisent les vivants. ”
“ C'est le devoir qui crée le droit et non le droit qui crée le devoir. ”
“ L'homme n'a pas besoin de voyager pour s'agrandir ; il porte avec lui l'immensité. ”
“ Le monde ne saurait changer de face sans qu'il y ait douleur. ”
“ Qui dira le sentiment qu'on éprouve en entrant dans ces forêts aussi vieilles que le monde, et qui seules donnent une idée de la création, telle qu'elle sortit des mains de Dieu ? ”
Aimer, c'est bien, savoir aimer, c'est tout. ”
“ Il n'y a point de religion sans mystères. ”
“ On peut se prosterner dans la poussière quand on a commis une faute, mais il n'est pas nécessaire d'y rester. ”
“ Je ne connais rien de plus servile, de plus méprisable, de plus lâche, de plus borné qu'un terroriste. ”
“ Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce. ”
“ Le goût est le bon sens du génie. ”
“ Nous ne sommes pas capables d'être longtemps malheureux. ”
“ Il y a des temps où l'on ne doit dépenser le mépris qu'avec économie, à cause du grand nombre de nécessiteux. ”
“ La grâce est toujours unie à la magnificence dans les scènes de la nature. ”
“ Quand le petit oiseau devient grand, il faut qu'il cherche sa nourriture, et il trouve dans le désert bien des graines amères. ”
Heureux ceux qui meurent au berceau, ils n'ont connu que les baisers et les sourires d'une mère. ”
“ Il est dans les extrêmes plaisirs, un aiguillon qui nous éveille, comme pour nous avertir de profiter de ce moment rapide ; dans les grandes douleurs, au contraire, je ne sais quoi de pesant nous endort. ”
“ Qu'il est faible celui que les passions dominent ! Qu'il est fort celui qui se repose en Dieu ! ”
“ Il faut des torrents de sang pour effacer nos fautes aux yeux des hommes, une seule larme suffit à Dieu. ”
“ Le grand tort des hommes, dans leur songe de bonheur, est d'oublier cette infirmité de la mort attachée à leur nature. ”
“ Il n'est nul besoin d'aimer le monde qui vient pour le voir venir. ”
“ L'amour décroît quand il cesse de croître. ”
“ C'est une très méchante manière de raisonner que de rejeter ce qu'on ne peut comprendre. ”
Dieu n'écarte pas la nuée du fond de laquelle il agit ; quand il permet de grands maux, c'est qu'il a de grands desseins. ”
“ Quoi qu'on dise, les guerres civiles sont moins injustes, moins révoltantes et plus naturelles que les guerres étrangères quand celles-ci ne sont pas entreprises pour sauver l'indépendance nationale. ”
“ Les excès de la liberté mènent au despotisme ; mais les excès de la tyrannie ne mènent qu'à la tyrannie. ”
“ La religion est le seul pouvoir devant lequel on peut se courber sans s'avilir. ”
“ L'amour ? Il est trompé, fugitif ou coupable. ”
“ Quiconque craint de se repentir ne tire aucun fruit de ses erreurs. ”
“ Les Français vont indistinctement au pouvoir ; ils n'aiment point la liberté ; l'égalité seule est leur idole. ”
“ La gloire est pour un vieil homme ce que sont les diamants pour une vieille femme : ils la parent, et ne peuvent l'embellir. ”
“ Ce n'est pas tuer l'innocent comme innocent qui perd la société, c'est de le tuer comme coupable. ”
“ La justice est si sacrée, elle semble si nécessaire aux succès des affaires, que ceux-mêmes qui la foulent au pied prétendent n'agir que d'après ses principes. ”
“ Ce n'est pas la religion qui découle de la morale, c'est la morale qui naît de la religion. ”
“ L'homme n'a qu'un mal réel : la crainte de la mort. Délivrez-le de cette crainte et vous le rendrez libre. ”
“ La mort ne révèle point les secrets de la vie. ”
“ L'homme n'a au fond de l'âme aucune aversion contre la mort, il y a même du plaisir à mourir. La lampe qui s'éteint ne souffre pas. ”
“ Les événements font plus de traîtres que les opinions. ”
“ Il faut que les hommes fassent du bruit, à quelque prix que ce soit-peu importe le danger d'une opinion, si elle rend son auteur célèbre ; et l'on aime mieux passer pour un fripon que pour un sot. ”
“ Quand on cesse d'aimer ses parents, parce qu'ils ne nous sont plus nécessaires, on cesse d'aimer sa patrie. ”
“ Aussitôt qu'une pensée vraie est entrée dans notre esprit, elle jette une lumière qui nous fait voir une foule d'autres objets que nous n'apercevions pas auparavant. ”
“ On se livre d'autant plus vivement aux plaisirs qu'on se sent près de les perdre. ”
“ Les poètes sont des oiseaux : tout bruit les fait chanter. ”
“ Le purgatoire surpasse en poésie le ciel et l'enfer, en ce qu'il présente un avenir qui manque aux deux premiers. ”
“ On se réconcilie avec un ennemi qui nous est inférieur pour les qualités du coeur ou de l'esprit ; on ne pardonne jamais à celui qui nous surpasse par l'âme et le génie. ”
“ Au contraire, de toutes les choses humaines, dont la nature est de périr dans les tourments, la véritable religion s'accroît dans l'adversité : Dieu l'a marquée du même sceau que la vertu. ”
“ On n'apprend pas à mourir en tuant les autres. ”
“ L'aristocratie a trois âges successifs : l'âge des supériorités, l'âge des privilèges et l'âge des vanités. Sortie du premier, elle dégénère dans le second et s'éteint dans le dernier. ”
“ Les plaisirs de la jeunesse reproduits par la mémoire sont des ruines vues au flambeau. ”
“ Lorsqu'on regarde sa vie passée, on croit voir sur une mer déserte la trace d'un vaisseau qui a disparu. ”
“ La vieille Europe ; elle ne revivra jamais : La jeune Europe offre-t-elle plus de chances ? ”
“ Tous mes jours sont des adieux. ”
“ Notre coeur est un instrument incomplet, une lyre où il manque des cordes, et où nous sommes forcés de rendre les accents de la joie sur le ton consacré aux soupirs. ”
“ Comment renoncer aux usances câlines, au confort, au bien-être indolent de la vie ? ”
Religion à part, le bonheur est de s'ignorer et d'arriver à la mort sans avoir senti la vie. ”
“ Je voudrais n'être pas ou être à jamais oublié. ”
“ Tous les hommes ont un secret attrait pour les ruines. Ce sentiment tient à la fragilité de notre nature, à une conformité secrète entre ces monuments détruits et la rapidité de notre existence. ”
“ A chaque sépulture, il y a un homme qui reçoit le fardeau de la main de l'homme qui va se reposer. ”
“ Les mendiants vivent de leurs plaies : il y a des hommes qui profitent de tout, même du mépris. ”
“ La mort, selon les sauvages, est une grande femme fort belle, à laquelle il ne manque que le coeur. ”
“ La mort est belle, elle est notre amie ; néanmoins, nous ne la reconnaissons pas, parce qu'elle se présente à nous masquée et que son masque nous épouvante. ”
“ Tout ce qui est fixe est fatal et tout ce qui est fatal est puissant. ”