Citations de Jules Michelet

“ Rien de plus froid qu'un sérail ; c'est un amour de chenille qui traîne de rose en rose, gâtant le bord de la feuille sans atteindre le calice. ”

Ma note : 
Note moyenne : 5/5
“ Il n'y a point de vieille femme. Toute, à tout âge, si elle aime, et si elle est bonne, donne à l'homme le moment de l'infini. ”

Ma note : 
Note moyenne : 3.5/5
“ La politique est l'art d'obtenir de l'argent des riches et des suffrages des pauvres, sous prétexte de les protéger les uns des autres. ”

Ma note : 
Pas de note
“ La femme n'est pas seulement une malade, mais une blessée. Elle subit incessamment l'éternelle blessure de l'amour. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le difficile n'est pas de monter, mais en montant de rester soi. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Chaque homme est une humanité, une histoire universelle. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Avec le monde a commencé une guerre qui doit finir avec le monde, et pas avant : celle de l'homme contre la nature, de l'esprit contre la matière, de la liberté contre la fatalité. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le soleil de l'homme, c'est l'homme. ”

Ma note : 
Pas de note
“ La liberté, c'est l'homme. Même pour se soumettre, il faut être libre ; pour se donner, il faut être à soi. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le style n'est que le mouvement de l'âme. ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'Angleterre est un empire, l'Allemagne un pays, la France est une personne. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Une âme pèse infiniment plus qu'un royaume, un empire, parfois plus que le genre humain. ”

Ma note : 
Pas de note
“ On ne sait pas assez combien les femmes sont une aristocratie. Il n'y a pas de peuples chez elles. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Dans le progrès humain, la part essentielle est à la force vive, qu'on appelle l'homme. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Les mêmes craintes, les mêmes calamités ramènent les mêmes terreurs. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le jour où la pitié devient moquerie commence un âge barbare. ”

Ma note : 
Pas de note
“ La fin suprême de la famille serait qu'entre les trois personnes il n'y eût plus ni sexe ni âge, que les fils fût le père de ses parents, l'époux de sa mère. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Toute folie de la femme est une sottise de l'homme. ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'église s'occupe du monde, elle nous enseigne nos affaires, à la bonne heure ! Nous lui enseignerons Dieu. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Que peut-on faire sur la femme dans la société ? Rien ! Dans la solitude ? Tout ! ”

Ma note : 
Pas de note
“ C'est une très funeste tendance de notre âge de se figurer que nature c'est rêverie, c'est paresse, c'est langueur. ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'enseignement, c'est une amitié. ”

Ma note : 
Pas de note
“ En nationalité, c'est tout comme en géologie, la chaleur est en bas ; aux couches inférieures, elle brûle. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Peu de lectures, mais simples, fortes, qui laissent traces. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Une chose peu remarquée, la plus déchirante peut-être au coeur maternel, c'est que l'enfant est injuste. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le coeur des mères se fond en douces caresses, en gâteries, en mille soins utiles et inutiles. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le hasard aime à servir celui qui suit toujours une même pensée. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Tout s'aigrit dans un vase aigre. ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'amour, l'aiguillon tout puissant de nos activités humaines ! ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'aiguillon de la chaleur, comme un trait de guêpe, irrite. ”

Ma note : 
Pas de note