Citations de Jacques Derrida

Contrairement à ce qu'on croit savoir, nous ne sommes jamais entrés dans une ère séculière. L'idée même du séculier est de part en part religieuse, chrétienne en vérité. ”

Ma note : 
Note moyenne : 3/5
“ Jamais la violence, l'inégalité, l'exclusion, la famine, et donc l'oppression économique n'ont affecté autant d'êtres humains dans l'histoire de la terre et de l'humanité. ”

Ma note : 
Note moyenne : 2/5
“ Une trace ineffaçable n'est pas une trace. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Ce qu'on ne peut pas dire, il ne faut surtout pas le taire, mais l'écrire. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le moi est donné, livré, offert et trahi à la fois. Et cette vérité est affaire d'amour et de police, de jouissance et de loi à la fois. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Être démocrate, ce serait agir en reconnaissant que nous ne vivons jamais dans une société assez démocratique. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Une limite ne se touche pas. ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'affirmation de la vie ne va pas sans la pensée de la mort, sans l'attention la plus vigilante, responsable, voire assiégée, obsédée de cette fin qui n'arrive pas à arriver. ”

Ma note : 
Pas de note
Possible ou impossible, le pardon nous tourne vers le passé. Il y a aussi de l'à-venir dans le pardon. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Autrui est secret parce qu'il est autre. ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'historicité, la perfectibilité infinie, le lien originaire à une promesse font de toute démocratie une chose à-venir. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le texte de l'autre doit être lu, interrogé sans merci mais donc respecté, et d'abord dans le corps de sa lettre. Il y a dans le respect de la lettre l'origine d'une sacralisation. ”

Ma note : 
Pas de note
“ La déconstruction est avant tout la réaffirmation d'un " oui " originaire. ”

Ma note : 
Pas de note
“ L'imminence de la mort n'est pas seulement une obsession personnelle, c'est une manière de se rendre à la nécessité de ce qui se donne à penser, à savoir qu'il n'y a pas de présence sans trace et pas de trace sans disparition, donc sans mort. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Celui qui demande pardon est déjà, dans une certaine mesure, un autre. Alors qui, à qui pardonne-t-on ? Et Quoi ? ”

Ma note : 
Pas de note
“ Le pardon requiert la mémoire absolument vive de l'ineffaçable, au-delà de tout travail du deuil, de réconciliation, de restauration, au-delà de toute écologie de la mémoire. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Ce qui est pardonnable est d'avance pardonné. D'où l'aporie : on n'a jamais à pardonner que l'impardonnable. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Un pardon qui conduit à l'oubli, ou même au deuil, ce n'est pas, au sens strict, un pardon. Celui-ci exige la mémoire absolue, intacte, active-et du mal et du coupable. ”

Ma note : 
Pas de note
Seules les victimes auraient éventuellement le droit de pardonner. Si elles sont mortes, ou disparues de quelque façon, il n'y a pas de pardon possible. ”

Ma note : 
Pas de note
“ Derrière un roman ou un poème, derrière la richesse d'un sens à interpréter, il n'y a pas de sens secret à chercher. Le secret d'un personnage n'existe pas, il n'a aucune épaisseur en dehors du phénomène littéraire. ”

Ma note : 
Pas de note